14 avril 2019

Nous repeignons la coque de Télémaque !

Peinture1 1

Bonjour à tous,

Une des premières choses à faire lorsqu'on acquiert un voilier est d'en repeindre la coque avec une peinture spéciale, l'anti fouling. Il s'agit d'une peinture qui repousse et empèche les petits coquillages et algues à venir s'installer sur la coque, car au fil du temps, l'accumulation de ces petites bêtes finit par ralentir le bateau.

Voici quelques photos du processus avec Télémaque.

En le sortant de l'eau, nous avons pu voir que la coque était plutôt propre ce qui signifie que l'ancien anti-fouling a été efficace. Par contre, nous avons vu que l'hélice était entièrement recouverte de coquillages et n'avait donc pas dû être peinte à l'origine, cf photo ci-dessous. 

Peinture2 1

1e étape : Nettoyer la coque du bateau (karcher + éponge)

La première étape consiste tout simplement à nettoyer la coque en enlevant toutes les petites betioles qui sont collées dessus, puis de la lessiver avec des éponges / grattoirs et un produit nettoyant un peu constauds (demander conseil en magasin spécialisé type Uship).

Nous avons aussi décollé assez grossièrement les coquillages qui s'étaient accumulés sur l'hélice.

Cette étape prend facilement 3 ou 4 heures. Il faut réaliser ce nettoyage la veille du jour où vous comptez passer la peinture car il faut que la coque ait le temps de sécher avant d'appliquer la peinture.

Peinture3 1

Peinture4 1

La coque est toute propre !

2e étape : Ponçage de l'hélice et application du primaire

Nous avons dû poncer notre hélice afin de finir d'éliminer tous les coquillages, puis nous avons appliquer une première couche de peinture primaire. Nous l'avons laissé sécher, puis nous avons appliquer une deuxième couche.

Peinture7 1

Peinture8 1

3e étape : Application de l'anti-fouling sur la coque et l'hélice

Le lendemain, lorsque la coque était bien sèche, nous avons donc appliqué la couche de peinture anti-fouling sur la coque ainsi que sur l'hélice (les 2 peintures étant différentes). 

Peinture9 1

Peinture11 1

Peinture10 1

Et lorsque tout est fini, on fête ça avec une coupe de champagne ! 

Peinture13 1

Quelques conseils avant de vous lancer :

1. Commencez par regarder des vidéos sur internet, c'est très instructif et ça permet de bien s'organiser.

2. Commandez le bon matériel de protection et de peinture : des rouleaux de taille moyenne et des pinceaux pour la peinture, des combinaisons de protection, des gants, et des masques.

3. Le gros matériel, Le karcher et la ponceuse : indispensable et donc à louer ou à emprunter à quelqu'un si vous n'en avez pas. Prévoyez également une rallonge électrique ainsi qu'une échelle !  

4. Attention à la météo ! Il faut que l'anti-fouling soit appliqué sur une coque bien sèche, faites donc attention à la météo !

5. Question peinture : Pour le choix de l'anti-fouling, comme nous n'y connaissons pas grand-chose et nous avons donc demandé conseil au magasin Uship. Ils sont de très bon conseil et nous ont même fourni un mode d'emploi !

6. Budget peinture : Attention ça fait mal pour 4 pots de peintures (2 gros pour la coque + 2 petits pour l'hélice), nous en avons eu pour 400€ !

7. Gestion des déchets : Que faire des pots et autres accessoires une fois que tout est fini ? Il y a souvent des déchètteries adaptées sur les ports, prévoyez d'y faire un tour plutôt que de jeter vos déchets toxiques dans une poubelle lambda !


02 mars 2019

On a trouvé le bateau de nos rêves ! (+ nos critères de sélection pour acheter un bateau pour un grand voyage)

montpellier4 1

Bonjour à tous,

Grande nouvelle aujourd'hui : nous avons enfin trouvé le bateau de nos rêves ! Après pratiquement 6 mois de recherche acharnée, nous avons trouvé le bateau qui correspond en tout point à ce que nous recherchions !!! Youpi, je suis trop contente !

La recherche a été longue et plutôt complexe car nous pensions avoir des critères précis, mais en réalité au fil des visites, on s'est rendu compte que ce n'était pas vraiment le cas, et cela nous a fait perdre beaucoup de temps.

Au début, nous avions privilégié une longueur de coque ainsi qu'une localisation. Nous avons ciblé des bateaux entre 9 et 11m de long sur la zone Bretagne et la Rochelle. Nous en avons visité plusieurs qui nous ont plu et nous étions prêts à faire une offre sur un Hallberg Rassy (bateau réputé très marin et adapté au voyage), mais lorsque j'ai appelé le broker j'ai appris que le bateau avait pris l'eau et avait dû être sorti du port !!! Là, on s'est dit mince, on devrait être plus regardant sur l'âge des bateaux qu'on visite et leur état général. Du coup, nous avons rajouté de nouveaux critères. Et ainsi de suite au fil des visites.

Pour finir, voici les critères finaux que nous avons suivis pour sélectionner notre bateau :

1. La taille :

Entre 10 et 11,5m en longueur de coque. Plus petit, ce n'est pas suffisamment confortable (pas de douche, et pas de four souvent), et plus grand, c'est difficile à manoeuvrer dans les ports (pour les débutants que nous sommes)

2. L'âge du bateau :

10 ans max car cela évite d'avoir à changer les voiles ou le gréément dormant car c'est très couteux. De plus, avec des bateaux plus vieux, on n'est pas l'abris d'une mauvaise surprise comme ce qui nous est arrivé avec le Hallberg Rassy et dans ce cas, il vaut mieux être un bon bricoleur !

3. L'équipement du bateau :

Nous voulions un bateau entièrement équipé grand voyage et autonome en énergie, c'est à dire avec un pilote automatique, des panneaux solaires, des équipements de survie et sécurité adaptés à la navigation hauturière (radeau de survie, balises, etc...). Il faut savoir que tous les équipements neufs sont très couteux, et pour les faire installer sur un bateau non-équipé, il faut prévoir un sacré budget. Financièrement, il est donc beaucoup plus intéressant d'acheter un bateau déjà équipé, même si ce n'est pas facile à trouver car ils sont très recherchés. 

4. L'état général :

Pas de moisissure dans le bateau. Les fonds de plancher doivent être nickel, c'est signe que le bateau a été bien entretenu. Il est intéressant aussi de vérifier que la bateau n'a jamais été loué et s'il est hiverné hors saison. Pas trop d'heures moteur est en plus également.

5. La zone de recherche :

Ne pas se limiter à une zone ! En effet, ne trouvant pas notre bonheur en Bretagne et La Rochelle, nous avons fini par aller visiter 3 bateaux dans le sud et trouvé deux répondaient à tous nos critères. Celui que nous avons sélectionné est à Port Camargue, pas loin de Montpellier. On avait peur que ce soit compliqué et couteux d'avoir un bateau dans le sud, mais en fin de compte nous sommes ravis ! Les grandes villes du sud sont très bien desservies grâce au TGV, ce n'est donc pas si compliqué. Nous sommes juste en face de la Corse et des Baléares, donc ça va être super en terme de navigation pour s'entrainer. Et de plus, dans le sud, on espère avoir beaucoup de soleil of course !

6. Marque et type de bateau : 

Nous ne nous sommes pas focalisés sur une marque de bateaux en particulier, ce qui fait que nous avons vraiment visité tout type de bateau et ça nous a permis au fil du temps de voir les modèles qui nous plaisaient le plus. Nous avons visité en tout une bonne douzaine de voiliers allant des bateaux plutôt orientés performance et vitesse (pogo, bongo, sunfast) mais souvent peu confortables, à des bateaux très axés croisière et confort (feeling, sun odyssey, océanis) en passant par des bateaux réputés très solides (hallberg rassy, nouveau monde, ovni). Notre choix s'est arrêté sur un Dufour Grand Large qui est un voilier entre la croisière et la performance, donc un bon compromis pour les couples où l'homme recherche la performance et la vitesse et la femme, le confort ! Et je parle en connaissance de cause, vous vous en doutez ! ;-p

Voici quelques photos du bateau parfait pour nous ! Il s'appelle Télémaque, et c'est un Dufour 365 Grand Large de 2010, qui répond à tous nos critères et même plus, car il est encore mieux équipé que ce que nous attendions (il a aussi une éolienne et un dessalinisateur), et il rentre dans le budget ! 

montpellier5 1

montpellier1 1

montpellier2 1

Et j'ajoute une photo de Port-Camargue parce que c'est un port super sympa et qu'il faisait 18 degrés en plein mois de février ! 

montpellier1 5

25 janvier 2019

2019, l'année de la grande aventure : notre congé sabbatique en bateau !

20191 2

Bonjour à tous !

Comment allez-vous ? J'espère que vous avez la forme malgré toute cette grisaille ambiante... Pour ma part, c'est gorge enrouée et toux en continue... Je suis malade depuis début janvier et vraiment très fatiguée. Mais revenons à nos moutons !

Cette année, je n'avais absolument pas envie de faire mon traditionnel article des bonnes résolutions, tout simplement parce que je n'en ai prise aucune. C'est bien la première fois que ça m'arrive, car je suis une adepte de ce petit rituel de la nouvelle année ! Mais voilà, cette année, l'objectif et le projet majeur va être notre départ en congé sabbatique en bateau en août 2019 et mes petites résolutions habituelles paraissent bien fades à côté de ça.

Donc plutôt que des résolutions, c'est plutôt des objectifs que j'ai listés :

1. Acheter un bateau :

Cela fait 4 mois que nous cherchons et trouver le bateau de nos rêves s'avère bien plus difficile que prévu. Après une bonne dizaine de visites, nous hésitons toujours entre plusieurs options... A suivre donc... 

2. Vendre notre appartement :

Nous avons mis notre appartement en vente début janvier. Cela peut paraitre étonnant de vendre son appartement alors qu'on ne part que un an, mais cela nous parait être la solution la plus simple et la plus avantageuse financièrement. En effet, nos mensualités d'emprunt sont plus élevées que le loyer que pourrait nous rapporter des locataires... Cela signifie que cet appartement représenterait une charge financière pour nous même si on le louait.

3. Faire des formations pour préparer notre voyage :

Nous avons prévu un certain nombre de formations théoriques qui nous seront très utiles pour notre voyage :

- Entretien courant d'un bateau (avec la Macif)

- Formation météo (avec Les Glénans)

- Formation au CRR - Certificat restreint de radiotéléphonie (avec Les Glénans)

- Formation à l'électricité sur un bateau (avec Sail the World)

4. Une meilleure alimentation pour mon syndrome de l'intestin irritable (LE sujet glamour toujours !)

Je ne pouvais pas clôturer cette liste sans ajouter un petit objectif alimentation ! J'ai déjà parlé plusieurs fois de mon problème de syndrôme de l'intestin irritable. C'est un problème qui revient assez régulièrement notamment après des périodes d'excès alimentaires... Bien que ce ne soit pas une maladie "grave", ça peut être très génant au quotidien en raison des ballonnements et de l'inconfort digestif que ça entraine. En ce moment, je suis en plein dedans suite aux fêtes de fin d'année (hum hum!) et j'en suis au point où j'envisage de me racheter des pantalons car après les repas mon ventre est tellement gonflé que je dois les déboutonner... Trop la classe à Dallas, quoi ! Je recherche donc des pantalons avec une taille élastiquée plutôt que boutonnée... Cette année sera l'année du confort ! 

Mais bien évidemment le but est de mieux gérer mon alimentation afin d'éviter la ré-apparation récurrente du problème ! Et ça sera donc ma résolution alimentation et bien-être de l'année !

Voilà, voilà !

Toute notre attention va être focalisée sur ce voyage et sur sa préparation, mais je vous rassure je continue à tester des petites recettes sympas dont je reviendrai bientôt vous parler par ici !

Et vous, quelles sont vos bonnes résolutions de l'année ?

16 octobre 2018

Ca y est, le congé sabbatique est annoncé !

congé 11 2

J'ai une grande nouvelle à vous annoncer : nous avons posé notre demande de congé sabbatique auprès de nos entreprises ! Ca y est, l'étape N°1 est enclenchée, c'est le début de l'aventure qui commence !

Notre projet est de partir sur un bateau et si possible de traverser l'Atlantique pour aller passer quelques mois aux Antilles. Mais ce trajet n'est pas encore défini, ça dépendra beaucoup du bateau que nous trouverons. La date de départ prévue est fin juillet 2019.

Pour celles qui me suivent par ici, vous avez dû voir les articles où je parle de ce projet qui nous trotte dans la tête depuis plus d'un an, ce n'est donc peut être pas une grande surprise pour vous, mais pour nous c'est quand même un grand moment car c'est vraiment la première étape du projet.

Pour la petite histoire, nous nous étions donné jusqu'à fin juillet pour prendre la décision, car on voulait partir en vacances en sachant dans quelle direction on allait. Le problème c'est que mon copain était en train de passer des entretiens pour plusieurs entreprises et s'il décidait d'y répondre favorablement, cela annulait le voyage. Les entretiens ont trainé en longueur (pratiquement 6 mois) et se sont terminés fin juillet. Du coup, on a vraiment pû se décider que début août. Malgré le fait que mon copain ait voulu aller jusqu'au bout des entretiens, (à mon grand désespoir car j'étais persuadée qu'il allait finir par prendre le job), il a finalement refusé l'offre non seulement parce qu'elle ne lui plaisait pas à 100% mais aussi parce que l'envie de partir était trop forte ! Heureusement pour moi car j'aurais vraiment été super déçue si on avait dû annuler notre projet !!

Pour vous situer un peu le contexte, nous travaillons tous les deux dans de très grosses entreprises (industrie et conseil) depuis respectivement 9 et 11 ans. Il n'y a généralement pas trop de souci à négocier un congé sabbatique dans ce genre d'entreprise (contrairement à une PME), mais Alex ayant un poste de direction on avait un peu peur que ça coince malgré tout. Mais ça n'a pas du tout été le cas, et ça nous a beaucoup surpris ! Nous avons découvert que dans certaines entreprises, il était en fait bien vu d'avoir des salariés qui se lancent dans des projets personnels originaux. Ca leur permet de communiquer dessus et de se donner une image d'entreprise ouverte.

L'astuce :

Notre petite astuce pour que notre demande soit acceptée sans problème et du premier coup : nous avons annoncé notre départ près de un an à l'avance. Nos demandes ont été faites en septembre 2018 pour un départ fin juillet 2019. C'est perçu très positivement par les entreprises car ça leur laisse largement le temps de s'organiser pour vous trouver un remplaçant et organiser le transfert des dossiers. Le délais minimum obligatoire étant de 3 mois.

Sachez que la condition préalable pour demander un congé sabbatique est d'avoir passé au moins 36 mois dans votre entreprise. Il faut savoir également que votre entreprise peut vous demander de décaler votre demande de congé sabbatique et qu'il vous faudra par la suite attendre 3 mois avant de faire une nouvelle demande. Par contre, l'entreprise ne peut légalement pas refuser une deuxième fois votre demande....

Au niveau de la "méthode", nous avons choisi l'un et l'autre de l'annoncer oralement d'abord à nos chefs directs respectifs et ensuite d'informer les RH par e-mail.

Pour celles et ceux que ça intéresserait, voici le site super pratique pour en savoir plus : Service Public

11 juillet 2018

Seuls à bord : notre première location de voilier !

bateau10 1

Me voici de retour après une semaine bien méritée de vacances... Semaine très attendue car nous avions prévu de louer un bateau et de naviguer pour la première fois seuls, c'est à dire sans moniteur, ni aucun accompagnateur !

Ca fait environ un an que mon chéri et moi-même enchainons les stages de voile, afin de nous former pour un potentiel congé sabbatique en bateau ! Pour ma part j'ai fait 5 stages depuis juillet 2017. Un gros investissement donc en temps et en argent qui fait partie de notre programme de préparation et qui est loin d'être fini car nous avons encore une année devant nous avant le "possible" grand départ. Je dis "possible" car notre décision n'est pas encore prise, mais elle ne devrait pas tarder à se faire, ce n'est plus qu'une question de semaines...

Mais revenons à cette semaine en solo !

Nous avons loué un First 25 (c'est un voilier de 7,5M) dans le port du Crouesty, et nous avons navigué pendant une semaine dans la Baie de Quiberon.

Notre parcours de navigation a été élaboré avec soin par mon chéri en fonction du sens du vent et des marées très contraignantes dans cette région :

1er jour : Navigation du port du Crouesty jusqu'à l'Ile de Houat

2e jour : Navigation de l'Ile de Houat jusqu'au port de La Trinité

3e jour : Navigation de La Trinité jusqu'au port de Sauzon, à Belle Ile en Mer

4e jour : Navigation jusqu'au port du Palais, toujours à Belle Ile en Mer

5e jour : Navigation jusqu'à Quiberon

6e jour : Retour avec un jour d'avance au Port du Crouesty - En raison d'un avis de grand frais, nous avons préféré être prudents

Les difficultés rencontrées :

- La préparation de la navigation :

Les marées étant très importantes en Bretagne, il faut vraiment bien préparer sa navigation à l'avance et puis refaire le point de nouveau chaque matin pour checker la météo. Et si les conditions ne sont pas bonnes, il faut être prêt à changer ses plans. Pour nous, c'était vraiment sécurité avant tout, on ne voulait prendre aucun risque.

Globalement nous avons eu de la chance, nous avons débuté avec 3 jours de grisaille et du vent qui nous a permis d'avancer à un bon rythme (à une moyenne de 5 noeuds). Puis nous avons eu 2 jours très ensoleillés mais avec une mer très calme et peu de vent, et le 2 derniers jours, nous avons eu beaucoup de vent, ce qui a été assez sportif, mais c'est sympa aussi ! Malgré tout, nous avons dû changer nos plans plusieurs fois pour s'adapter à cette météo très changeante. Par exemple, nous avions prévu d'aller jusqu'au port de Piriac et puis nous avons finalement renoncé parce que le vent était très fort ce jour-là et de plus, soufflait dans le sens opposé...

- Naviguer à deux :

Pendant les stages, il y a un moniteur qui répartit les rôles de chacun et nous dit quoi faire suivant les situations. Pour cette première fois seuls à bord, nous avons dû nous répartir les rôles ("tu prends la barre ou tu t'occupes des voiles ?"). La grosse difficulté est probablement de ne pas tout le temps faire la même chose et aussi de ne pas s'engueuler au moindre problème ! Parce qu'il y a forcément des moments de stress à gérer. Je ne vous cacherai pas qu'il y a eu une ou deux engueulades sur le bateau, mais je trouve que c'est plutôt un bon score pour une première fois !

- Les manoeuvres de port :

C'est la grande angoisse ! Manoeuvrer un bateau dans un port est très stressant surtout quand on arrive dans un port qu'on ne connait pas ! Le bateau ce n'est pas comme une voiture, c'est assez peu manoeuvrant et pas facile à diriger. On s'est fait quelques frayeurs, mais globalement on s'en ai bien tiré et surtout on n'a eu aucune accroche, ouf ! C'est dans cas cas-là qu'on se dit que louer un petit bateau, c'était une super idée !

Dej en plein milieu de la mer !

Mes impressions : bonheur bonheur bonheur !

J'ai tout simplement adoré cette semaine ! J'appréhendais les stages de voile en raison de l'étroitesse d'un bateau et de la promiscuité (on est souvent entre 6 et 8 par stage), mais c'est très différent lorsqu'on est en seuls même sur un petit bateau. Certes l'espace est réduit, mais on s'y est adapté sans aucun problème !

J'ai particulièrement apprécié les ports de Belle Ile en Mer qui sont tous simplement charmants. On a pu se promener dans les petites rues bordées de jolies maisons de toutes les couleurs, visiter des monuments magnifiques tels que la Citadelle Vauban, faire du shopping et surtout on a très très bien mangé ! Notre seul regret est de n'avoir pas pu rester assez longtemps pour louer des vélos et faire le tour de l'île...

Le bateau c'est un autre moyen de voyager et de visiter. Tout d'abord car c'est un moyen de transport très lent (probablement le plus lent qui existe!). Pour chaque étape de notre trajet, nous avons mis en moyenne entre 4 et 5 heures... Ca peut paraitre très long et ennuyeux, mais ce n'est pas le cas. C'est très curieux car sur un bateau, on ne s'ennuie jamais ! Il y a toujours quelque chose à faire : tenir le bon cap, surveiller la météo, faire la navigation, préparer l'apéro...! On apprend à prendre le temps et on savoure chaque moment à bord.

De plus, par la mer, on aborde les destinations différemment : débarquer dans un ville par le port, c'est très différent ! Déjà entrer au port et faire les manoeuvres pour "garer" le bateau, c'est un épreuve et de plus assez stressante. Après il y a tout un tas de choses à faire : vider les poubelles, aller à la capitainerie pour prendre une douche et faire les démarches administratives, ... Et seulement après, on peut partir découvrir la ville à pied, en flanant et en prenant son temps !  

 Une première expérience riche et très positive que nous avons vraiment hâte de renouveller ! Pour la prochaine location, ce sera cet été fin août, et j'ai déjà hâte....!

Le joli port de Sauzon à Belle Ile

Mouillage à Sauzon, Belle Ile

port de Sauzon

Les maisons colorées de Sauzon

en mode détente !

la minuscule cuisine du bateau!

 

 

10 septembre 2017

Ma première croisière sur un voilier avec l'UCPA : paradisiaque !

Croisière UCPA en corse

Bonjour, bonjour ! 

Allez, un petit article vacances afin d'éviter encore pendant un court instant de penser à la reprise du boulot ! 

Cette année, j'ai tenté une activité complétement nouvelle pour moi qui ne suis quasiment jamais monté sur un bateau : la croisière - apprentissage sur un voilier en Corse avec l'UCPA. Je ne suis habituellement pas super fan des activités collectives type UCPA car je ne suis pas toujours très à l'aise en groupe étant un peu timide et réservée. Surtout que la vie sur un bateau signifie peu de confort et beaucoup de promiscuité... Donc on a plutôt intéret à bien s'entendre ! 

Mais je me suis fixée comme objectif d'apprendre à manoeuvrer un bateau afin de pouvoir être autonome et louer un bateau à l'été prochain, et l'UCPA proposait ce stage intéressant. Les Glénans proposent également toute une série de stages formateurs et peu chers pour ceux d'entre vous que ça pourrait intéresser. 

Ce stage sous format de croisière permet donc d'apprendre à diriger et manoeuvrer un voilier sous la houlette d'un formateur (bénévole). Nous étions 7 personnes débutantes sur le voilier (plus le formateur) et le stage a duré une semaine. Nous sommes partis d'Ajaccio et nous avons mouillé tous les soirs dans un endroit différent. Nous avons également fait une escale d'une demi-journée à Bonifacio où nous avons pû nous balader et découvrir la citadelle. La bateau était un Sun Odyssey de 11 mètres avec 3 cabines.

Quelques petits commentaires : 

Les - : 

Alors il faut le savoir un bateau, niveau confort, c'est assez limité !

- Il y a un réservoir d'eau qui doit tenir toute la semaine ce qui veut dire qu'on a limité les douches au strict minimum : en gros, on se rinçait rapidement en sortant de nos baignades dans la mer.

- Les toilettes, c'était pas mieux ! Les toilettes sur un bateau n'ont pas de chasse d'eau, mais un système de pompe manuelle... Il faut donc pomper à la main pour évacuer ses besoins puis repomper à nouveau pour remettre de l'eau (de mer) dans la cuvette. Tout ça en espérant ne pas boucher les toilettes car celui qui bouche doit déboucher !!! Heureusement ce n'est pas arrivé sur notre bateau, mais c'est arrivé sur le bateau qui nous accompagnait...  

Les ++ :

- La Corse : quel pays magnifique ! On a navigué dans des endroits tous plus beaux les uns que les autres, et nous avons mouillé dans des petites criques absolument sublimes. Le matin, au lever, la première chose qu'on faisait était de piquer une tête dans les eaux turquoises, un vrai bonheur ! 

- Le formateur : les formateurs aussi bien à l'UCPA qu'aux Glénans sont bénévoles. Autant vous dire que ce sont de vrais passionnés qui ont à coeur de transmettre leur savoir. Nous avons eu la chance d'avoir un formateur canon : il nous faisait du pain chaud tous les jours ! Et en plus, c'était quelqu'un de très bavard qui a égayé notre séjour avec ses histoires et anecdotes.

- Le rythme : je pense qu'apprendre la voile dans ces conditions est vraiment top pour les vrais débutants : le rythme est plutôt cool, l'ambiance est détendue et l'idée est de profiter de la croisière tout en apprenant les bases sans pression. J'étais malgré tout contente d'avoir fait une petite initiation sur l'Ile de Ré, ça m'a permis de prendre mes repères et d'être opérationnelle rapidement. Il est possible que si vous faites un stage en hiver, les conditions (vent, froid, etc...) seront plus dures et le stage sera surement plus difficile.

Corse3 1

Mon ressenti : 

Malgré mes inquiétudes, j'ai passé un super moment : notre groupe était extra, nous nous sommes tous très bien entendus et l'ambiance a été super du début à la fin.

Côté mal de mer... Le gros point noir pour moi qui suis ARCHI sensible au mal de mer. J'ai découvert que j'étais malade dès qu'il y avait un peu de "roulis" c'est à dire lorsque le bateau "roule" sur les vagues généralement lorsqu'il y a peu de vent. Sinon si le bateau avance bien, pas de problème. Par contre, j'étais totalement incapable de faire quoi que ce soit dans la cabine et j'évitais d'ailleurs d'y rentrer. Ce qui fait que je n'ai quasiment pas pû aider les autres à faire la cuisine ou m'intéresser à la navigation sur carte. 

Mais à part ça, j'ai adoré cette croisière. La vie sur un bateau c'est vraiment un moment en dehors du temps : on oublie toute notion du temps, on ne sait plus quel jour on est, ni quelle heure il est. Les journées sont rythmées par les repas et surtout par les apéros ! Il faut savoir que sur un bateau on passe son temps à manger !! 

croisière UCPA en corse

croisière UCPA en corse

Entrée dans le port de Bonifacio : 

Bonifacio

bonifacio

Bonifacio vu de la mer :

Bonifacio

Corse10 1

croisière UCPA en corse