02 mars 2019

On a trouvé le bateau de nos rêves ! (+ nos critères de sélection pour acheter un bateau pour un grand voyage)

montpellier4 1

Bonjour à tous,

Grande nouvelle aujourd'hui : nous avons enfin trouvé le bateau de nos rêves ! Après pratiquement 6 mois de recherche acharnée, nous avons trouvé le bateau qui correspond en tout point à ce que nous recherchions !!! Youpi, je suis trop contente !

La recherche a été longue et plutôt complexe car nous pensions avoir des critères précis, mais en réalité au fil des visites, on s'est rendu compte que ce n'était pas vraiment le cas, et cela nous a fait perdre beaucoup de temps.

Au début, nous avions privilégié une longueur de coque ainsi qu'une localisation. Nous avons ciblé des bateaux entre 9 et 11m de long sur la zone Bretagne et la Rochelle. Nous en avons visité plusieurs qui nous ont plu et nous étions prêts à faire une offre sur un Hallberg Rassy (bateau réputé très marin et adapté au voyage), mais lorsque j'ai appelé le broker j'ai appris que le bateau avait pris l'eau et avait dû être sorti du port !!! Là, on s'est dit mince, on devrait être plus regardant sur l'âge des bateaux qu'on visite et leur état général. Du coup, nous avons rajouté de nouveaux critères. Et ainsi de suite au fil des visites.

Pour finir, voici les critères finaux que nous avons suivis pour sélectionner notre bateau :

1. La taille :

Entre 10 et 11,5m en longueur de coque. Plus petit, ce n'est pas suffisamment confortable (pas de douche, et pas de four souvent), et plus grand, c'est difficile à manoeuvrer dans les ports (pour les débutants que nous sommes)

2. L'âge du bateau :

10 ans max car cela évite d'avoir à changer les voiles ou le gréément dormant car c'est très couteux. De plus, avec des bateaux plus vieux, on n'est pas l'abris d'une mauvaise surprise comme ce qui nous est arrivé avec le Hallberg Rassy et dans ce cas, il vaut mieux être un bon bricoleur !

3. L'équipement du bateau :

Nous voulions un bateau entièrement équipé grand voyage et autonome en énergie, c'est à dire avec un pilote automatique, des panneaux solaires, des équipements de survie et sécurité adaptés à la navigation hauturière (radeau de survie, balises, etc...). Il faut savoir que tous les équipements neufs sont très couteux, et pour les faire installer sur un bateau non-équipé, il faut prévoir un sacré budget. Financièrement, il est donc beaucoup plus intéressant d'acheter un bateau déjà équipé, même si ce n'est pas facile à trouver car ils sont très recherchés. 

4. L'état général :

Pas de moisissure dans le bateau. Les fonds de plancher doivent être nickel, c'est signe que le bateau a été bien entretenu. Il est intéressant aussi de vérifier que la bateau n'a jamais été loué et s'il est hiverné hors saison. Pas trop d'heures moteur est en plus également.

5. La zone de recherche :

Ne pas se limiter à une zone ! En effet, ne trouvant pas notre bonheur en Bretagne et La Rochelle, nous avons fini par aller visiter 3 bateaux dans le sud et trouvé deux répondaient à tous nos critères. Celui que nous avons sélectionné est à Port Camargue, pas loin de Montpellier. On avait peur que ce soit compliqué et couteux d'avoir un bateau dans le sud, mais en fin de compte nous sommes ravis ! Les grandes villes du sud sont très bien desservies grâce au TGV, ce n'est donc pas si compliqué. Nous sommes juste en face de la Corse et des Baléares, donc ça va être super en terme de navigation pour s'entrainer. Et de plus, dans le sud, on espère avoir beaucoup de soleil of course !

6. Marque et type de bateau : 

Nous ne nous sommes pas focalisés sur une marque de bateaux en particulier, ce qui fait que nous avons vraiment visité tout type de bateau et ça nous a permis au fil du temps de voir les modèles qui nous plaisaient le plus. Nous avons visité en tout une bonne douzaine de voiliers allant des bateaux plutôt orientés performance et vitesse (pogo, bongo, sunfast) mais souvent peu confortables, à des bateaux très axés croisière et confort (feeling, sun odyssey, océanis) en passant par des bateaux réputés très solides (hallberg rassy, nouveau monde, ovni). Notre choix s'est arrêté sur un Dufour Grand Large qui est un voilier entre la croisière et la performance, donc un bon compromis pour les couples où l'homme recherche la performance et la vitesse et la femme, le confort ! Et je parle en connaissance de cause, vous vous en doutez ! ;-p

Voici quelques photos du bateau parfait pour nous ! Il s'appelle Télémaque, et c'est un Dufour 365 Grand Large de 2010, qui répond à tous nos critères et même plus, car il est encore mieux équipé que ce que nous attendions (il a aussi une éolienne et un dessalinisateur), et il rentre dans le budget ! 

montpellier5 1

montpellier1 1

montpellier2 1

Et j'ajoute une photo de Port-Camargue parce que c'est un port super sympa et qu'il faisait 18 degrés en plein mois de février ! 

montpellier1 5


10 septembre 2017

Ma première croisière sur un voilier avec l'UCPA : paradisiaque !

Croisière UCPA en corse

Bonjour, bonjour ! 

Allez, un petit article vacances afin d'éviter encore pendant un court instant de penser à la reprise du boulot ! 

Cette année, j'ai tenté une activité complétement nouvelle pour moi qui ne suis quasiment jamais monté sur un bateau : la croisière - apprentissage sur un voilier en Corse avec l'UCPA. Je ne suis habituellement pas super fan des activités collectives type UCPA car je ne suis pas toujours très à l'aise en groupe étant un peu timide et réservée. Surtout que la vie sur un bateau signifie peu de confort et beaucoup de promiscuité... Donc on a plutôt intéret à bien s'entendre ! 

Mais je me suis fixée comme objectif d'apprendre à manoeuvrer un bateau afin de pouvoir être autonome et louer un bateau à l'été prochain, et l'UCPA proposait ce stage intéressant. Les Glénans proposent également toute une série de stages formateurs et peu chers pour ceux d'entre vous que ça pourrait intéresser. 

Ce stage sous format de croisière permet donc d'apprendre à diriger et manoeuvrer un voilier sous la houlette d'un formateur (bénévole). Nous étions 7 personnes débutantes sur le voilier (plus le formateur) et le stage a duré une semaine. Nous sommes partis d'Ajaccio et nous avons mouillé tous les soirs dans un endroit différent. Nous avons également fait une escale d'une demi-journée à Bonifacio où nous avons pû nous balader et découvrir la citadelle. La bateau était un Sun Odyssey de 11 mètres avec 3 cabines.

Quelques petits commentaires : 

Les - : 

Alors il faut le savoir un bateau, niveau confort, c'est assez limité !

- Il y a un réservoir d'eau qui doit tenir toute la semaine ce qui veut dire qu'on a limité les douches au strict minimum : en gros, on se rinçait rapidement en sortant de nos baignades dans la mer.

- Les toilettes, c'était pas mieux ! Les toilettes sur un bateau n'ont pas de chasse d'eau, mais un système de pompe manuelle... Il faut donc pomper à la main pour évacuer ses besoins puis repomper à nouveau pour remettre de l'eau (de mer) dans la cuvette. Tout ça en espérant ne pas boucher les toilettes car celui qui bouche doit déboucher !!! Heureusement ce n'est pas arrivé sur notre bateau, mais c'est arrivé sur le bateau qui nous accompagnait...  

Les ++ :

- La Corse : quel pays magnifique ! On a navigué dans des endroits tous plus beaux les uns que les autres, et nous avons mouillé dans des petites criques absolument sublimes. Le matin, au lever, la première chose qu'on faisait était de piquer une tête dans les eaux turquoises, un vrai bonheur ! 

- Le formateur : les formateurs aussi bien à l'UCPA qu'aux Glénans sont bénévoles. Autant vous dire que ce sont de vrais passionnés qui ont à coeur de transmettre leur savoir. Nous avons eu la chance d'avoir un formateur canon : il nous faisait du pain chaud tous les jours ! Et en plus, c'était quelqu'un de très bavard qui a égayé notre séjour avec ses histoires et anecdotes.

- Le rythme : je pense qu'apprendre la voile dans ces conditions est vraiment top pour les vrais débutants : le rythme est plutôt cool, l'ambiance est détendue et l'idée est de profiter de la croisière tout en apprenant les bases sans pression. J'étais malgré tout contente d'avoir fait une petite initiation sur l'Ile de Ré, ça m'a permis de prendre mes repères et d'être opérationnelle rapidement. Il est possible que si vous faites un stage en hiver, les conditions (vent, froid, etc...) seront plus dures et le stage sera surement plus difficile.

Corse3 1

Mon ressenti : 

Malgré mes inquiétudes, j'ai passé un super moment : notre groupe était extra, nous nous sommes tous très bien entendus et l'ambiance a été super du début à la fin.

Côté mal de mer... Le gros point noir pour moi qui suis ARCHI sensible au mal de mer. J'ai découvert que j'étais malade dès qu'il y avait un peu de "roulis" c'est à dire lorsque le bateau "roule" sur les vagues généralement lorsqu'il y a peu de vent. Sinon si le bateau avance bien, pas de problème. Par contre, j'étais totalement incapable de faire quoi que ce soit dans la cabine et j'évitais d'ailleurs d'y rentrer. Ce qui fait que je n'ai quasiment pas pû aider les autres à faire la cuisine ou m'intéresser à la navigation sur carte. 

Mais à part ça, j'ai adoré cette croisière. La vie sur un bateau c'est vraiment un moment en dehors du temps : on oublie toute notion du temps, on ne sait plus quel jour on est, ni quelle heure il est. Les journées sont rythmées par les repas et surtout par les apéros ! Il faut savoir que sur un bateau on passe son temps à manger !! 

croisière UCPA en corse

croisière UCPA en corse

Entrée dans le port de Bonifacio : 

Bonifacio

bonifacio

Bonifacio vu de la mer :

Bonifacio

Corse10 1

croisière UCPA en corse